Recherche Rapide
    nooSFere > Encyclopédie > Littérature Choisir un autre habillage   
    Critiques    
    Littérature    
    Identification    
    Fiche livre    

Le Pistolero

Stephen KING

Titre original : The Gunslinger, 1982
Science Fiction  - Cycle : La Tour Sombre  vol.

Traduction de Gérard LEBEC
Illustration de Grégoire HÉNON
Illustrations intérieures de Michael WHELAN
J'AI LU, coll. Stephen King n° 2950, dépôt légal : février 2006
258 pages, catégorie / prix : I, ISBN : 2-290-34589-X

Couverture

    Quatrième de couverture    
     « L'homme en noir fuyait à travers le désert, et le Pistolero le suivait... » Ce Pistolero, c'est Roland de Gilead, dernier justicier et aventurier d'un monde qui a changé et dont il cherche à inverser la destruction programmée. Pour ce faire, il doit arracher au sorcier vêtu de noir les secrets qui le mèneront vers la Tour Sombre, à la croisée de tous les temps et de tous les lieux. Roland surmontera-t-il les pièges diaboliques de cette créature ? A-t-il conscience que son destin est inscrit dans trois cartes d'un jeu de tarot bien particulier ? Le Pistolero devra faire le pari de le découvrir, et d'affronter la folie et la mort. Car il sait depuis le commencement que les voies de la Tour Sombre sont impénétrables...

     Stephen King fait partie de ces écrivains qu'il n'est plus besoin de présenter. Carrie, Shining, Christine... autant de romans — et souvent de films — mondialement célèbres. Mais rien ne compte plus à ses yeux que le cycle de La Tour Sombre, son Grand Œuvre, une saga-fleuve monumentale dont il entama l'écriture alors qu'il était encore étudiant, et qui connaît enfin sa conclusion aujourd'hui.


    Sommaire    
1 - On n'est pas sérieux, quand on a dix-neuf ans (et autres considérations), pages 11 à 18, Introduction, trad. Marie de PRÉMONVILLE
2 - Avant-propos, pages 19 à 24, Introduction, trad. Marie de PRÉMONVILLE
3 - Le Pistolero (The Gunslinger), pages 29 à 97, trad. Marie de PRÉMONVILLE
4 - Le Relais (The way station), pages 99 à 146, trad. Marie de PRÉMONVILLE
5 - L'Oracle et les montagnes (The Oracle and the Mountains), pages 147 à 178, trad. Marie de PRÉMONVILLE
6 - Les Lents mutants (The Slow Mutants), pages 179 à 229, trad. Marie de PRÉMONVILLE
7 - Le Pistolero et l'homme en noir (The Gunslinger and the Dark Man), pages 231 à 255, trad. Marie de PRÉMONVILLE
 
    Critiques    
     Je ne vous apprendrai sans doute pas grand chose en vous annonçant que, dans la bibliographie de Stephen King, La Tour Sombre fait un peu figure de cas à part. A mi-chemin entre la dark fantasy et le western, la saga retrace une quête inscrite dans la grande tradition de la fantasy, avec son inévitable objectif final : une tour ténébreuse fièrement dressée vers le ciel, située au cœur de l’espace et du temps. Sans être la plus vendue et la plus lue des œuvres de l’auteur, cette histoire d’un genre particulier reste pourtant celle qui soulève le plus de passions parmi les fans de King, impatients de connaître sa conclusion (comme le précise l’auteur dans l’une de ces passionnantes préfaces d’une troublante intimité et d’une totale humilité dont il a le secret).
     L’écriture du septième et dernier tome de La Tour Sombre (motivée par un accident de voiture qui faillit tuer King) eut pour conséquence cette réédition révisée, complétée et rendue plus « digeste » par l’auteur, décidé à conférer une parfaite cohérence à l’ensemble des romans qui composent sa grande œuvre (il ignorait la direction vers laquelle partirait son récit à l’écriture de ce premier tome). Cette « extended version » parue chez nous en 2004, relativement récente en regard de l’ancienneté du texte original (1978), n’est cependant pas une première : souvenons-nous de l’édition révisée du Fléau, largement enrichie par rapport à son édition initiale.
     « L’homme en noir fuyait à travers le désert, et le Pistolero le suivait. ». C’est à partir de cette première phrase énigmatique, furieusement évocatrice et stimulante pour l’imagination que débute Le Pistolero. « Le monde a changé », comme se plaît à nous le répéter plusieurs fois King, et nous ignorons tout de la nature de ce décor post-apocalyptique où le temps semble s’être arrêté (vestiges d’une guerre nucléaire ? Continuité de l’épilogue du Fléau ? Autre dimension ?), même si quelques indices laissent à penser que cette Terre est bien la nôtre, quelques siècles ou millénaires après un cataclysme nucléaire (le désert omniprésent, des mutations d’espèces...). A la découverte de ce cadre désertique planté de villes-fantôme, on pensera très fort aux westerns de Sergio Leone transposés dans un monde où la sorcellerie aurait son mot à dire, avant de basculer brutalement vers un contexte féodal typique de l’héroïc-fantasy à l’occasion d’une succession de flash-backs. Il s’agit sûrement là du plus grand coup de génie de King : installer un décor improbable, absurde mais pourtant familier, directement lié à la réalité que nous connaissons, où certains personnages se souviennent encore de l’existence de la télé ou des voitures, à la différence des univers de fantasy généralement déconnectés de notre quotidien.
     La seconde particularité du Pistolero, en dehors de son décor pittoresque, réside dans la fatalité (le « ka ») dont est imprégnée son ambiance générale. King n’hésite pas, au détour d’une phrase, à nous annoncer de but en blanc un événement capital – telle la mort prochaine d’un personnage – bien avant qu’il ne survienne, comme si tout était déjà écrit. Le Pistolero sait qu’il rattrapera l’homme en noir, l’homme en noir sait qu’il sera rejoint par le Pistolero : le passé, le présent et l’avenir se mêlent ainsi, chaque personnage jouant un rôle prédéterminé dans cette quête inexorable.
     Le meilleur, et peut-être le seul moyen d’apprécier ce roman à sa juste valeur, consiste sans doute à « rentrer dans le trip » de King dès les premières pages. Si vous n’accrochez pas, abandonnez sans insister et passez votre chemin. Mais en revanche, si, comme moi, vous n’avez aucun mal à vous laisser happer par l’histoire surréaliste d’un pseudo cowboy poursuivant un sorcier vêtu de noir dans un désert blanc, qui s’amuse à semer derrière lui des « pièges humains » pour harceler son chasseur, vous ne pourrez plus lâcher le livre avant son dernier mot. Stephen King, un auteur parfois surestimé, d’autres fois sous-estimé, démontre un talent incontestable dans l’art de capter l’intérêt du lecteur sans jamais l’ennuyer malgré une trame minimaliste (a contrario d’un livre comme La Route, remarque purement gratuite), en distillant régulièrement quelques informations intrigantes sur le monde inconnu qu’il nous dévoile pièce par pièce, en évitant ainsi de noyer le lecteur sous les informations. Caché derrière cette introduction épurée, on devinera cependant un univers bien plus vaste, bien plus étendu et truffé de références (la Bible, Le Magicien d’Oz, Le Seigneur des Anneaux...), associant des époques différentes et dont les événements impliquent des répercussions à une échelle universelle !
     On notera également tout le savoir-faire de conteur de King, capable de maintenir notre attention tout du long en agitant devant nous son gimmick, telle une carotte pendue devant une mule pour la faire avancer (désolé pour l’image) : mais que se passera-t-il lorsque le Pistolero rencontrera l’homme qu’il traque depuis douze années ? Je me garderai bien de vous le dévoiler, mais le face-à-face entre les deux hommes et la conclusion métaphysique du livre est à mille lieues de ce que la raison et la logique vous auront amené à imaginer.
     Le Pistolero surprendra donc essentiellement par son originalité (il y aurait encore tant de choses à dire, notamment sur l’importance des différents langages utilisés par les personnages...), mais aussi par son incroyable style : c’est un peu comme si un écrivain, sous l’emprise d’une quelconque substance, après avoir lu Le Seigneur des Anneaux et visionné un western de Leone, se mettait en tête d’écrire un livre sans avoir la moindre idée sur son déroulement, contraint de suivre le fil de son imagination en poursuivant son postulat de départ : « L’Homme en noir fuyait à travers le désert, et le Pistolero le suivait. »


Florent M. (lui écrire)
Première parution : 12/7/2009
nooSFere

 
    Critiques des autres éditions ou de la série    

 
Base mise à jour le 31 août 2014.
Écrire aux webmestres       © nooSFere, 1999-2014. Tous droits réservés.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique. Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres.
Les PDF sont générés avec le composant ABCPdf de Websupergoo.