Recherche Rapide
    nooSFere > Encyclopédie > Littérature Choisir un autre habillage   
    Critiques    
    Littérature    
    Identification    
    Fiche livre    

Je suis une légende

Richard MATHESON

Titre original : I Am Legend, 1954
Science Fiction  - Traduction de Nathalie SERVAL
Illustration de Gunnar SMOLIANSKY
GALLIMARD, coll. Folio SF n° 53, dépôt légal : avril 2001
240 pages, catégorie / prix : F6, ISBN : 2-07-041807-3

Nouvelle traduction

Autres éditions
   CAL (Culture, Arts, Loisir), 1973
   DENOËL, 1955, 1969, 1972, 1973, 1977, 1979, 1981, 1983, 1987, 1990, 1991, 1993, 1998, 1999   in Légendes de la nuit, 2003
   FRANCE LOISIRS, 2004
   GALLIMARD, 2007   in Par-delà la légende, 2014
Couverture

    Quatrième de couverture    
     Chaque jour, il doit organiser son existence solitaire dans une cité à l'abandon, vidée de ses habitants par une étrange épidémie. Un virus incurable qui contraint les hommes à se nourrir de sang et les oblige à fuir les rayons du soleil... Chaque nuit, les vampires le traquent jusqu'aux portes de sa demeure, frêle refuge contre une horde aux visages familiers de ses anciens voisins ou de sa propre femme.
     Chaque nuit est un cauchemar pour le dernier homme, l'ultime survivant d'une espèce désormais légendaire.

     Né en 1926, Richard Matheson a débuté une carrière de journaliste avant de se tourner vers l'écriture. Il a acquis sa renommée dans le monde de la science-fiction grâce à deux romans devenus des classiques du genre : Je suis une légende et L'homme qui rétrécit, tous deux adaptés au cinéma.


    Prix obtenus    
Bram Stoker, prix spécial, 2012

    Cité dans les Conseils de lecture / Bibliothèque idéale des oeuvres suivantes :    
Denoël : Catalogue analytique Denoël (liste)
Annick Béguin : Les 100 principaux titres de la science-fiction (liste parue en 1981)
Jacques Sadoul : Anthologie de la littérature de science-fiction (liste parue en 1981)
Albin Michel : La Bibliothèque idéale de SF (liste parue en 1988)
Jean-Bernard Oms : Top 100 Carnage Mondain (liste parue en 1989)
Lorris Murail : Les Maîtres de la science-fiction (liste parue en 1993)
Stan Barets : Le Science-Fictionnaire - 2 (liste parue en 1994)
Denis Guiot, Stéphane Nicot & Alain Laurie : Dictionnaire de la science-fiction (liste parue en 1998)
Association Infini : Infini (1 - liste primaire) (liste parue en 1998)
Francis Valéry : Passeport pour les étoiles (liste parue en 2000)
Jean-Pierre Fontana : Sondage Fontana - Science-fiction (liste parue en 2002)
 
    Adaptations (cinéma, télévision, théâtre, radio, jeu vidéo, ...)   
Last Man on Earth (The) , 1964, Ubaldo Ragona & Sidney Salkow
Soy leyenda , 1967, Mario Gómez Martín
Le Survivant , 1971, Boris Sagal
Je suis une légende , 2007, Francis Lawrence
I Am Omega , 2007, Griff Furst
 
    Critiques des autres éditions ou de la série    
Edition GALLIMARD, Folio SF (2010)


     Robert Neville est le dernier homme sur Terre. C'est du moins ce que tout semble indiquer. Mais il n'est pas seul pour autant. Chaque nuit, ils se massent aux abords de sa maison. Et son voisin Ben Cortman est là, qui l'appelle : « Neville ! Viens, Neville ! » Mais Ben Cortman et ses semblables n'ont plus rien d'humain. Ce sont des vampires. Victimes d'une étrange épidémie qui a balayé la planète entière, ils n'ont absolument rien de surnaturel en dépit des apparences. Mais ce sont bien, pour Neville, des monstres, des prédateurs assoiffés de son sang. Sa femme elle-même n'est-elle pas sortie de sa tombe pour tenter de le tuer... ?

     Et Neville de se battre pour survivre. Le jour, quand les vampires sombrent dans leur étrange coma, il arpente la ville déserte, seul, bardé de croix et armé de pieux, quand il n'améliore pas les défenses de sa maison aux fenêtres barrées et surchargées de gousses d'ail. Neville tue pour survivre. Et il s'interroge ; il cherche à comprendre la raison de l'existence de ces vampires : d'où viennent-ils ? Comment l'épidémie s'est-elle propagée ? Pourquoi est-il immunisé ? Pourquoi cherchent-ils à boire le sang des humains ? Pourquoi ont-ils ces réactions face à l'ail et la croix ?

     Ainsi débute Je suis une légende, sans doute le plus célèbre roman de Richard Matheson avec L'Homme qui rétrécit. Célèbre pour ses qualités intrinsèques, mais aussi pour son abondante postérité, notamment cinématographique : Je suis une légende a été adapté trois fois pour le grand écran (avec beaucoup de libertés... pour ne pas parler de trahison pure et simple, notamment dans le dernier exemple en date) ; de plus, en « rationalisant » le vampirisme — une voie qu'emprunteront par la suite d'autres auteurs à leur manière, tels Theodore Sturgeon (Un peu de ton sang) et Dan Simmons (Les Fils des ténèbres), pour n'en citer que deux — , et en décrivant ce cadre post-apocalyptique (l'anticipation est à court terme...) d'une planète submergée par une épidémie transformant les humains en monstres, Richard Matheson a contribué à façonner le concept moderne du zombie (George A. Romero et John Russo n'ont jamais caché s'être inspirés essentiellement de ce roman pour créer La Nuit des morts-vivants). C'est dire l'importance de Je suis une légende, roman séminal comme on n'en lit que rarement.

     Mais, au-delà de cet héritage, Je suis une légende est avant tout un très grand roman d'horreur comme de science-fiction (davantage que de fantastique, justement du fait de la rationalisation du vampirisme — qu'on la juge convaincante ou pas). Et même, osons le terme, un chef-d'œuvre du genre, dont la lecture marque durablement.

     Dès les premières pages, où Matheson fait preuve d'un réel talent pour l'attaque en force, le lecteur est immédiatement accroché et s'identifie bien vite à Neville, le dernier homme sur Terre. Sa détresse est palpable à chaque page, au-delà des seuls impératifs de la lutte pour la survie. Car Neville est bel et bien humain, avec ses faiblesses. C'est un homme triste et reclus dans sa solitude autant qu'un combattant, un homme qui a perdu sa famille dans le drame, et que seul l'instinct de conservation semble encore rattacher à la vie. Ce qui, sans surprise, l'amène régulièrement à sombrer dans la dépression et l'alcoolisme... Mais le pire est probablement que Neville reste de temps à autre sensible à de futiles espoirs ; ainsi dans cette magnifique séquence, tout simplement déchirante, où Neville rencontre un chien errant et tente de s'en faire un compagnon...

     Car Neville est bien au centre de Je suis une légende, ainsi que ce titre magnifique, justifié par une conclusion bouleversante, le laisse déjà entendre. Et tandis qu'il s'interroge, avec méthode, sur la raison d'être et l'origine des vampires, le lecteur franchit une étape supplémentaire et questionne pour sa part l'homme, le sens de sa vie, sa place dans le monde. Et le court roman « de genre » de se transformer en subtile allégorie, riche en niveaux de lecture.

     Palpitant, Je suis une légende est un bref roman cauchemardesque que l'on dévore littéralement, en l'espace d'une nuit (bien sûr...). Les scènes marquantes pullulent, très visuelles pour certaines d'entre elles. Et l'on tremble et l'on souffre à maintes reprises pour ce héros malgré lui...

     Plus de cinquante ans après sa parution, Je suis une légende n'a pas pris une ride et reste un des sommets de la littérature vampirique. Un classique incontournable à la lecture indispensable.

Bertrand BONNET
Première parution : 1/10/2010
dans Bifrost 60
Mise en ligne le : 12/1/2013


 
Base mise à jour le 7 décembre 2014.
Écrire aux webmestres       © nooSFere, 1999-2014. Tous droits réservés.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique. Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres.