Recherche Rapide
    nooSFere > Encyclopédie > Littérature Choisir un autre habillage   
    Critiques    
    Littérature    
    Identification    
    Fiche livre    

Le Faiseur de veuves : Renaissance

Mike RESNICK

Titre original : The widowmaker : reborn, 1997
Science Fiction  - Cycle : Le Faiseur de veuves  vol.

Traduction de Pierre-Paul DURASTANTI
Illustration de Philippe GAUCKLER
DENOËL, coll. Présence du futur n° 588, dépôt légal : mars 1998
272 pages, catégorie / prix : 5, ISBN : 2-207-30603-8

Couverture

    Quatrième de couverture    
     Jefferson Nighthawk II, le clone du meilleur chasseur de primes de la Galaxie, est mort au terme de la mission pour laquelle il avait été créé. Vive Jefferson Nighthawk III ! Mais pas question de commettre avec lui l'erreur qui a coûté la vie à son prédécesseur. Ce novueau « Faiseur de veuves » aura dans la tête tous les souvenirs, toute l'expérience de l'original, et le principe de conduite qui a assuré sa survie jusqu'à ce qu'il se fasse cryogéniser : ne faire confiance à personne. Sa mission : sauver la fille d'un politicien véreux du rebelle qui la tient en otage et tuer le rebelle en question. Mais une fois retrouvée, la jeune beauté soi-disant enlevée propose un autre marché à Nighthawk : se retourner contre son employeur, s'emparer de sa fortune et voler de ses propres ailes.

     Mike Resnick, né en 1946, écrit de la S.-F. depuis une trentaine d'années et a un temps élevé des chiens en compagnie de son épouse. Comme en témoignent Ivoire, Santiago, Projet Miracle et sa trilogie de 'L'Infernale Comédie« déjà parus en Présence du Futur, sa découverte émerveillée de l'Afrique et de ses mythes a donné ces dernières années une nouvelle orientation à son oeuvre, qui renoue de façon originale avec l'exotisme, l'aventure ethnologique, le space-opera haut en couleur. Deuxième volet de la trilogie du »Faiseur de veuves« , le présent roman peut se lire indépendamment.

 
    Critiques    
     Jefferson Nighthawk est, ou plutôt était un chasseur de prime, une machine à tuer répondant au doux nom de Faiseur de Veuves. Pourquoi en parler au passé ? L'histoire est de notoriété publique : Nighthawk, frappé il y un peu plus d'un siècle d'un mal incurable, l'éplasie, s'est de lui-même cryogénisé dans l'attente d'un hypothétique remède. Voilà qui était compter sans la moralité douteuse des puissances de l'Oligarchie, qui vont puiser sans hésitation dans cette matrice, certes très abîmée (l'éplasie provoque une horrible dégénérescence de la peau), mais dont le potentiel, grâce au clonage, est toujours intact. Ainsi assistons-nous au retour de Nighthawk du « pays des congelés », au retour de ses clones, plutôt.

     Si Resnick se sert de ce point de départ faisant appel aux derniers développements de l'actualité scientifique, le reste du traitement n'en demeure pas moins extrêmement classique et très proche de celui du premier roman mettant en scène notre héros-éprouvette (Le faiseur de veuves — chez le même éditeur). A ceci près toutefois que Nighthawk II était une copie sans souvenir et donc amputée d'une large partie de ses moyens, ce qui d'ailleurs causa sa perte. Nighthawk III, lui, dispose de toute la mémoire de l'original (par le miracle d'un procédé qui ne nous est d'ailleurs pas expliqué...). Ce détail mis à part, force est de constater combien le défaut majeur du premier tome se retrouve dans le second : une utilisation excessive de dialogues dont certains ne mènent pas à grand-chose et dont la longueur inutile frise le remplissage gratuit.
     Le Faiseur de Veuves doit bien sûr accomplir une mission, ce qui lui permettra, lui dit-on, de sauver son « père » de l'éplasie. Pour ce faire, il lui faudra tout de même récupérer un otage et abattre le meneur d'une révolution, le mystérieux et surprotégé Ibn ben Khalid, pas moins. Si l'inexpérience du premier clone le poussait a jouer au solitaire, le savoir de Nighthawk III lui dicte de s'entourer d'une équipe triée sur le volet. Il recrute donc Kinoshita, son entraîneur qui ne peut que constater combien l'élève dépasse le maître, Mélisande, une Balataï douée d'empathie, Zyeux-Bleus, un informateur, et Vendredi, as des explosifs toujours prêt à faire sauter des humains, cette race détestable qui a osé conquérir la moitié de la Galaxie et acheter l'autre. Cette fine équipe, relativement peu soudée, s'enfoncera dans la zone de non-droit et d'anarchie débridée appelée la Frontière. Dans ce schéma emprunté à celui des Sept Mercenaires (les références ne trompent pas, on est en plein western galactique), Nighthawk III devra trouver le ver dans le fruit caché au sein de son équipe.

     On le voit, un traitement à la limite du simpliste, tant les personnages semblent tout droit sortis d'un écran de cinéma. Mais cela fait pourtant partie du jeu. Aussi, tout comme devant une projection du Bon, la Brute et le Truand, asseyons-nous dans un fauteuil moelleux et émerveillons-nous devant les exploits de Clint, pardon, Jefferson, qui ne rate jamais sa cible, abat tous les méchants et ne se fait jamais avoir par les coups tordus. Du grand spectacle en somme, pour en prendre plein les yeux à défaut de l'esprit. Rien de plus.

Jean-Félix LYON
Première parution : 1/4/1998
dans Bifrost 8
Mise en ligne le : 20/2/2004


 
Base mise à jour le 21 décembre 2014.
Écrire aux webmestres       © nooSFere, 1999-2014. Tous droits réservés.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique. Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres.