Recherche Rapide
    nooSFere > Encyclopédie > Littérature Choisir un autre habillage   
    Critiques    
    Littérature    
    Identification    
    Fiche livre    

Cristal qui songe

Theodore STURGEON

Titre original : The Dreaming Jewels, 1950
Science Fiction  - Traduction de Alain GLATIGNY
HACHETTE / GALLIMARD, coll. Le Rayon fantastique n° (8), 2ème trimestre 1952
256 pages, ISBN : néant

Autres éditions
   J'AI LU, 1970, 1972, 1975, 1978, 1980, 1983, 1986, 1989, 1998, 2004
   LIBRIO, 1999
   in Romans et nouvelles, OMNIBUS, 2005
   in Cristal qui songe / Les Plus qu'humains, OPTA, 1969
Couverture

    Quatrième de couverture    
Pas de texte sur la quatrième de couverture.

    Cité dans les pages thématiques suivantes :     

    Cité dans les Conseils de lecture / Bibliothèque idéale des oeuvres suivantes :    
Jean-Bernard Oms : Top 100 Carnage Mondain (liste parue en 1989)
Lorris Murail : Les Maîtres de la science-fiction (liste parue en 1993)
Stan Barets : Le Science-Fictionnaire - 2 (liste parue en 1994)
Denis Guiot, Stéphane Nicot & Alain Laurie : Dictionnaire de la science-fiction (liste parue en 1998)
Association Infini : Infini (1 - liste primaire) (liste parue en 1998)
Jean-Pierre Fontana : Sondage Fontana - Science-fiction (liste parue en 2002)
Francis Berthelot : Bibliothèque de l'Entre-Mondes (liste parue en 2005)
 
    Critiques des autres éditions ou de la série    
Edition LIBRIO, SF-Fantastique (2003)


     Un enfant maltraité, un cirque, des cristaux intelligents, tels sont les ingrédients de ce roman extraordinaire de T. Sturgeon. Fuguant vers l'inconnu, Horty est recueilli par une charmante naine qui va lui servir à la fois de mère et de protectrice. Elle fait des numéros dans l'établissement de Monsieur le Directeur. Celui-ci n'est pas un tendre : surnommé le Cannibale, il se livre à des expériences secrètes avec de mystérieux cristaux dont lui seul semble avoir compris le pouvoir. De surcroît, il exerce une emprise mystérieuse sur les employés de son cirque. Mais ce n'est pas le seul danger qui guette Horty, il y a aussi l'abjecte juge Bluett, personnage secondaire essentiel, et toutes les autres incertitudes de la vie...

     Le déroulement de certaines histoires paraît si naturel qu'on ne voit pas, à priori, comment elles pourraient être racontées différemment. Aucun chapitre n'est superflu, aucun mot n'est déplacé. Le lecteur est inéluctablement entraîné vers la fin, naturelle, implacable. L'enchaînement des péripéties est si limpide qu'on se surprend lisant la page cent juste après avoir commencé ! Chaque élément prend sa place sans gêner les autres, sans être trop ou trop peu développé.
     Cette facilité de lecture ne nous empêche pas de bien appréhender les clés du monde de Sturgeon. Globalement, on reçoit une leçon d'humanité : l'homme se distingue de l'animal certes, mais tout le monde ne mérite pas de se situer au-dessus de toutes les espèces vivantes connues. Bref, être humain ne dispense pas d'en cultiver les qualités et nous ferions bien de veiller à ne mépriser personne.
     Une autre clé de l'univers de l'auteur est mise en scène adroitement : élevé par une naine, Horty ne grandit pas. C'est un élément imaginaire qui a un peu de mal à passer mais dont la valeur est symbolique. A quel monde Horty veut-il appartenir ? Peut-il grandir avant d'en avoir décidé ?
     Enfin, l'issue de l'amour lubrique du juge Bluett pour Mlle Kay est sans doute aussi un témoignage des pensées de l'écrivain : les personnages meurtris par d'autres finissent par trouver un salut à la mesure de leur bonté d'âme.

     Chaque idée est savamment défendue par la crédibilité des personnages, campés devant nous comme s'ils avaient vraiment existé. Même les cristaux acquièrent cette fausse vie à laquelle les héros de fiction sont condamnés. « Il projeta une seconde fois vers le cristal une décharge de haine. — Non. Le mystérieux objet réagit par ce cri silencieux comme s'il l'avait piqué avec une épingle rougie au feu ». Les relations entre oppresseurs et opprimés se tissent petit à petit, induisant leurs conséquences funestes sur les uns comme sur les autres. Les non-dits ajoutent à la vraisemblance de l'ensemble tant ils rappellent ceux de la vie de tous les jours. Mais Horty comprend de lui-même, comme nous d'ailleurs.

     Ce roman, considéré comme l'un des deux chefs-d'œuvre de T. Sturgeon reste parfaitement d'actualité. Si les contemporains nous ont habitués à des idées plus noires, plus choquantes ou plus audacieuses, celles de Sturgeon restent plus poétiques, plus sensibles. Un ouvrage qui résiste au temps, qui ne se démode pas ! A lire sans retenue.

Antoine ESCUDIER (lui écrire)
Première parution : 17/11/2003
nooSFere


 
Base mise à jour le 19 octobre 2014.
Écrire aux webmestres       © nooSFere, 1999-2014. Tous droits réservés.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique. Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres.