Encyclopédie Infos & Actu Recherche Association Sites hébergés
Bienvenue sur le site nooSFere.
Le javascript est nécessaire à l'affichage du menu dynamique.

Recherche rapide
    nooSFere > Encyclopédie > Bandes dessinées
Album
Omnibus 1
Série : Valérian, Agent Spatio-temporel    Album précédent tome Omn1  Album suivant

Scénario : Pierre CHRISTIN
Dessins : Jean-Claude MEZIERES
Couleurs : Evelyne TRANLE

Dargaud , coll. Omnibus, 1986
 

 
Critiques
     Bien sûr ce n'est pas un inédit... Mais l'intérêt de ce gros pavé de 140 pages paru dans la collection “ Omnibus ” est de reprendre les bandes qui virent les débuts de l'agent spatio-temporel de Linus et Mézi : Les mauvais rêves (qui avait été publié pour la première fois en volume en 83 dans un autre album intitulé Mézières), La cité des eaux mouvantes (en version intégrale, soit 56 planches au lieu des 46 que comporte l'album en édition normale), et deux aventures courtes parues à l'origine en « Pilote Pocket » mais non reprises dans l'album 16/22 Par les chemins de l'espace, publié en 79, et qui en regroupait 5 autres... Ouf ! Voilà pour le descriptif. On voit qu'il n'y a pas de surprise dans ce contenu : les dix planches soustraites aux Eaux mouvantes pour réduire l'épisode à un standard ne contiennent rien d'essentiel, seulement des péripéties anecdotiques (dont un long épisode dans un ranch, qui n'est qu'un clin d'oeil de Mézi à son amour pour les chevaux et la vie de cow-boy qu'il pratiqua) qui avaient pu être retirées sans acrobaties du premier album. Quant aux deux nouvelles, Le grand collectionneur et Drôles de spécimens, on comprend à les relire pourquoi elles ne figuraient pas dans le 16/22 : ce sont les moins inventives du lot, et le dessin de Mézières, surtout dans le second titre (regardez la p.130 !) y est plus que négligé... Tant qu'à faire, une reprise en album indépendant et grand format des sept épisodes mini eût peut-être été plus astucieuse...
     Mais bon ! Ces critiques de structure n'enlèvent rien au plaisir de relire ces premiers pas, qui nous font mieux comprendre après coup la genèse du personnage Valérian et de son back-ground (publié en 69 dans Pilote, La cité des eaux mouvantes situe la catastrophe écologique qui détruit New-York en 1986 !), de même qu'elles permettent de suivre quels stupéfiants progrès a accompli le graphiste, depuis la caricature sommaire des Mauvais rêves, jusqu'aux albums de la maturité, en même temps qu'on voit Christin boucler en dix ans 40 ans d'évolution de la SF. Une nécessaire replongée dans l'espace-temps de nos belles années, en somme. Quant aux jeunes lecteurs qui auraient pris Valérian en chemin, voilà une bonne occasion (et peu chère : cet épais et luxueux album vaut moins de 100 F) de rattraper leur retard...

Jean-Pierre Andrevon          
Fiction n°386          
01/05/1987          


Base mise à jour le 23 novembre 2014.
Écrire aux webmestres       © nooSFere, 1999-2014