Encyclopédie Infos & Actu Recherche Association Sites hébergés
Bienvenue sur le site nooSFere.
Le javascript est nécessaire à l'affichage du menu dynamique.

Recherche rapide
    nooSFere > Encyclopédie > Bandes dessinées
Album
Vae Victis
Série : Le Fléau des Dieux    Album précédent tome 4 

Scénario : Valérie MANGIN
Dessins : Aleksa GAJIC
Couleurs : Aleksa GAJIC

Soleil , janvier 2004
 
Cartonné
Format 315 x 225
48  pages  Couleurs
ISBN 2-84565-570-3
 
Quatrième de couverture
     Attila, le roi des Huns, a enfin obtenu les coordonnées stellaires secrètes de Roma, la planète capitale de l'Orbis romain galactique. Enfin, il va la ravager. Enfin, il va devenir le maître de l'univers. Enfin, il sera l'égal d'un dieu. Il n'y a plus qu'un obstacle devant lui : le patrice Aetius sous le casque duquel se cache son amante disparue, l'immortelle incarnation de la déesse du Chaos. Alors, faca à face, dans une bataille spatiale qui dépasse tout ce que l'homme a déjà connu, la flotte impériale et la horde des Huns vont devoir se combattre jusqu« au triomphe ou au massacre final.
     Mais les dieux eux-mêmes peuvent-ils maîtriser leur destin quand tout semble prouver que c'est bien une tragédie écrite depuis des millénaires qui se rejoue à l'échelle cosmique ?

     Libre adaptation de l'affrontement du roi hun Attila et du général romain Flavius Aetius, Le Fléau des dieux rejoue à sa dimension galactique l'éternelle lutte de l'ordre et du chaos.
 
Critiques
     Voici venir l'affrontement final entre les hordes d'Attila et les légions romaines dirigées par le patrice Aetius — en réalité sa fille Flavia, l'immortelle déesse Kerka.
     Flavia attire Attila vers la planète Rome, mais, grâce aux Léviathans, elle téléporte au dernier moment la planète pour la mettre à l'abri.
     Un combat sans pitié peut s'engager...

     Même si l'on n'est guère amateur de combats spatiaux, il est difficile de ne pas admirer ici le superbe travail d'Aleksa Gajic. La pleine page qui ouvre l'album est splendide, comme bien d'autres planches.

     De plus, la dimension tragique de l'histoire est captivante, donnant à ce space opera une stature inhabituelle. Curieusement, les protagonistes ont trouvé un livre d'Histoire qui leur permet d'apprendre le destin de leurs homonymes antiques. Comment justifier que les même faits se répètent à plusieurs milliers d'années de distance ? Faut-il voir ici un cycle temporel à l'œuvre ? Ou une intervention divine ?
     Cette dernière hypothèse se défend, car si Flavia est une véritable déesse immortelle, Attila se révèle être une incarnation du dieu Mars. De même, dans l'autre série des Chroniques de l'Antiquité galactique qui débute parallèlement (voir Le Dernier troyen), les dieux sont bel et bien présents et actifs. Mais dans quel but rejoueraient-ils une partie déjà jouée ? Espérons que Valérie Mangin ait des réponses à ces questions, réponses qui lui permettraient de dépasser la simple transposition pour ouvrir des perspectives plus vastes.

     Le Fléau des dieux tient en tout cas ses promesses. Amateurs de space opera et de tragédies antiques, ne manquez pas cette série exceptionnelle.

Pascal Patoz          
nooSFere          
15/02/2004          


Base mise à jour le 21 août 2014.
Écrire aux webmestres       © nooSFere, 1999-2014