Encyclopédie Infos & Actu Recherche Association Sites hébergés
Bienvenue sur le site nooSFere.
Le javascript est nécessaire à l'affichage du menu dynamique.

Recherche rapide
    nooSFere > Encyclopédie > Bandes dessinées
Album
Le Berceau aux étoiles
Série : Naciré et les Machines    Album précédent tome 3 

Scénario : Frédéric PONTAROLO
Dessins : Frédéric PONTAROLO
Couleurs : Frédéric PONTAROLO

Casterman , octobre 2000
 
Cartonné
Format 303 x 226
64  pages  Couleurs
ISBN 2-203-38953-2
Voir une planche.
Couverture
 
Quatrième de couverture
     La guerre menace de reprendre. Naciré cherche sa propre existence. Mademoiselle Guilistein cherche Naciré. Leur quête les mènera auprès des « Intégristes », à l'hôtel Amnesia. « Je m'envole, dit Naciré, je suis un homme, une machine et la Machine. Et je sens la chaleur en cet hiver. »
 
Critiques
     Le Berceau aux étoiles marque le dénouement de la trilogie de Naciré, qui laisse un sentiment mitigé.

     On peut s'enthousiasmer en effet pour le graphisme très personnel et cauchemardesque à souhait de Pontarolo. Son dessin est souvent superbe, y compris dans sa rigidité qui pourrait être un défaut mais qui est ici un élément essentiel contribuant à l'impression de désespoir nostalgique et à la fascination qu'exerce chaque planche. Des éléments oniriques traversent ce monde en décomposition, jusqu'à la révélation finale qui expliquera en grande partie l'étrangeté de cet univers tout en teintes sombres – surtout ocres et marrons – , les teintes de la rouille qui ronge tout...

     Malheureusement, le scénario n'est pas à la hauteur. Les thèmes sont pourtant nombreux – trop sans doute  : politique, virus, robots, quête de l'humain, perception de la réalité... Pontarolo a choisi une histoire complexe et trop ambitieuse, sans posséder une maîtrise suffisante de la narration. Le résultat semble ainsi brouillon, confus, inutilement bavard et trop souvent caricatural.
     Dommage, car le récit de Naciré et les machines est inventif et contient plusieurs bonnes idées  : un scénario allégé, une construction plus précise, des dialogues plus percutants auraient fait merveille.

     On ne peut qu'encourager le lecteur curieux à découvrir cet univers graphique qui vaut le détour à lui seul, mais on attend surtout avec impatience les œuvres futures de ce dessinateur talentueux.

Pascal Patoz          
nooSFere          
02/01/2001          


Base mise à jour le 14 septembre 2014.
Écrire aux webmestres       © nooSFere, 1999-2014